Connectez-vous avec le monde artistique et collaborer partout dans le monde avec d'autres musiciens, modèles, comédiens, labels, producteurs, réalisateurs, presses...

Partager cette publication

Passion Like Fire est le septième album studio de la chanteuse canadienne Tamia, sorti le 7 septembre 2018 par le biais de “Plus One Music Group”.
Sa sortie marque vingt ans après la sortie de son premier single solo, “Imagination”,et a été précédée par les singles “Leave It Smokin ‘” et “Today I Do”. Parmi les collaborateurs de l’album figurent les producteurs Lil Ronnie, Shep Crawford et Salaam Remi. En soutien à l’album, Tamia se lancera dans la tournée Passion Like Fire, qui sera lancée le 18 septembre 2018 et visitera la plupart des grandes villes américaines.

Tamia: Passion Like Fire *7ème Album*

Raise Vibration est le onzième album studio de l’auteur-compositeur-interprète américain Lenny Kravitz. L’album a été publié sur Roxie Records via BMG Rights Management le 7 septembre 2018.

CONTEXTE:
Raise Vibration contient douze compositions. Comme sur la plupart de ses autres albums, Kravitz joue lui-même la plupart des instruments, le guitariste de longue date Craig Ross et le claviériste / orchestrateur David Baron étant les seuls collaborateurs (autres que les joueurs de cordes et de cor).

L’album a produit deux singles. “C’est assez!” est une chanson contre la cupidité des entreprises, la corruption politique et le racisme. Le single de suivi “Low” explore les périls de sa sensualité quasi mythique avec des intonations faisant allusion à ses relations intimes passées. La chanson “Low” est sortie en single et en vidéo environ six semaines avant l’album.

La chanson “Johnny Cash” est un hommage au légendaire chanteur country américain Johnny Cash, décédé le 12 septembre 2003. Kravitz affirme avoir rencontré Cash et son épouse June Carter en 1995 alors qu’il était colocataire avec Rick Rubin à Los Angeles. il a rencontré Cash et sa femme après avoir été appelé que sa mère était morte.Il rappelle le souvenir de la chanson et rend hommage à la légende.
Voir plus les photos et le clipLow

Track listing
1. “We Can Get It All Together” 4:40
2. “Low” 5:19
3. “Who Really Are the Monsters?” 5:19
4. “Raise Vibration” 5:27
5. “Johnny Cash” 6:18
6. “Here to Love” 4:42
7. “It’s Enough!” 7:55
8. “5 More Days ‘Til Summer” 4:02
9. “The Majesty of Love” 5:49
10. “Gold Dust” 5:08
11. “Ride” 5:58
12. “I’ll Always Be Inside Your Soul” 3:58
Total length: 64:35

Delit Face – Réseau Social Artistique
Inscrivez-vous, c’est rapide et gratuit !
Retourner à la page d’accueil pour vous inscrire et partager votre passion artistique.

Lenny Kravitz - Raise vibration

Demande et tu recevras. Lady Leshurr voulait une optique Hype Williams pour sa dernière vidéo et c’est ce qu’elle a eu. Elle voulait passer la moitié de son temps dans une supercar virtuellement non testée, elle l’a fait aussi. Sur “Black Madonna”, Leshurr hypothèque à nouveau une partie de son potentiel lyrique pour une tendance passagère. Pas que “Black Madonna” avec Mr Eazi soit particulièrement poreux. M. Eazi est un chanteur / producteur réputé au-delà de ses frontières ghanéennes.

Ceux qui ont vu Lady Leshurr à la lumière d’un modèle puriste, ne voulaient pas la voir évoluer, et ceux qui, à l’inverse, la voyaient potentiellement en tant qu’artiste, ne pouvaient peut-être pas prédire combien elle aurait à sacrifier pour y arriver. Néanmoins, la «Madone noire» reste dans les limites du sujet. Les Madones noires étaient des images assombries de la Vierge Marie, mais elles sont devenues depuis un puissant symbole de Black Power dans sa valeur esthétique inhérente. Lady Leshurr montre son pouvoir de manière inestimable, à travers ses actions dans la vidéo et à travers le symbolisme.
Voir les photos et le clip vidéoLady Leshurr – Black Madonna Ft Mr Eazi

Black Madonna
Lady Leshurr
Featuring: Mr Eazi
Produced by Banx & Ranx
Album: Unstable

Delit Face – Réseau Social Artistique
Inscrivez-vous, c’est rapide et gratuit !
Retourner à la page d’accueil pour vous inscrire et partager votre passion artistique.

Black Madonna Ft Mr Eazi - Le nouveau clip de Lady Leshurr

Avec son projet actuel — l’électrisant “Laid Black”, dont la sortie est prévue le 1er juin prochain —, Miller reprend le concept d’“Afrodeezia” en le ramenant “à la maison” en quelque sorte, entremêlant dans sa musique des influences plus urbaines et actuelles, issues du Trap, du Hip-hop, de la R&B et même du Gospel.
Miller explique : “Avec “Afrodeezia” j’ai énormément voyagé partout dans le monde, et pour ce nouvel album j’ai pensé qu’il serait cool d’introduire dans le mix des influences de notre époque que j’avais l’habitude d’écouter.” Quiconque a écouté la musique de Miller ou fait l’expérience d’un de ses concerts, sait par avance qu’il s’engage dans une expérience hors du commun avec ce nouvel album.

Son style de jeu de basse unique aux confins du jazz et du funk est ici à son apogée. Miller, à la tête de son groupe d’incroyables jeunes talents, a tout mis en place pour exciter, défier et transporter son public — l’album faisant la part belle à des invités de marque comme Trombone Shorty, Kirk Whalum, Take 6, Jonathan Butler ou encore la chanteuse Selah Sue. “Laid Black” ne manquera pas de ravir et d’exalter les fans les plus exigeants de Marcus Miller en continuant de le propulser au firmament des grandes stars mondiales du jazz, de la fusion, du funk et de la soul.

BIOGRAPHIE
C’est une évidence pour tout le monde de considérer désormais Marcus Miller comme l’un des artistes les plus influents de notre époque. Il faut dire qu’au sommet de son art depuis plus de 30 ans, il a remporté pas moins de deux Grammy Awards aux USA ; le Prix Edison pour l’ensemble de son oeuvre jazzistique en Hollande en 2013 ; la Victoire du Jazz en France en 2010 ; et en 2013 a été nommé Ambassadeur pour la paix par l’UNESCO. Sa sonorité de basse si caractéristique a fait le bonheur d’un nombre infini d’artistes majeurs — ses collaborations allant de Bill Wither (“Just The Two Of Us”) à Chaka Khan, en passant par David Sanborn, Herbie Hancock, Eric Clapton, Aretha Franklin, George Benson, Elton John ou encore Bryan Ferry.

Doué d’un style inimitable combinant groove, funk, soul avec une aisance technique confondante, Miller a souvent été présenté comme l’un des bassistes les plus importants de l’histoire du jazz, du R&B, de la fusion et de la soul. Le Magazine Bass Player l’a intégré à sa liste des “Dix musiciens de jazz les plus influents de sa génération”. En plus d’accumuler les succès personnels au cours de sa propre carrière, Miller peut se prévaloir d’une liste hallucinante de collaborations en tant que compositeur et producteur. Ses quinze années de complicité musicale avec Luther Vandross se sont vues couronnées par le succès planétaire du single “Power of Love/Love Power”, propulsé N°1 dans les charts R&B, et lauréat en 1992 du Grammy dans la catégorie “Meilleure prestation vocale R&B”. Mais Miller a également laissé une marque indélébile dans la carrière d’artistes aussi variés et talentueux que David Sanborn, Roberta Flack, Aretha Franklin, Chaka Khan, Al Jarreau, Bob James, Lalah Hathaway ou encore Wayne Shorter.

Pour autant sa collaboration artistique la plus remarquable demeure incontestablement celle nouée au début des années 80 avec Miles Davis. En plus de l’avoir accompagné sur scène partout dans le monde pendant plusieurs années, Marcus Miller a progressivement développé avec le génial trompettiste une amitié autant professionnelle que personnelle qui a donné naissance à trois albums majeurs, acclamés par la critique — dont le plus célèbre demeure le révolutionnaire “Tutu”. L’album (lauréat de deux Grammy), et tout spécialement le morceau éponyme (que Miller a produit, arrangé, composé et interprété), sont aujourd’hui unanimement considérés comme faisant partie des œuvres clé du jazz contemporain et figurent parmi les tous meilleurs enregistrements de Miles Davis, toutes époques confondues.

La plupart des fans de Marcus connaissent également ses talents de compositeur et la longue liste de films pour le cinéma et la télévisions auxquels il a collaboré. C’est en remportant un immense succès en 1988 avec le morceau “The Butt” écrit pour le film “School Daze” de Spike Lee que Miller a commencé sa carrière pour l’image, s’imposant rapidement comme le compositeur incontournable de plus d’une vingtaine de films “urbains” parmi lesquels le grand classique du couple Eddie Murphy/Halle Berry “Boomerang” (1992); “Above The Rim” (avec Tupac Shakur et Marlon Wayans -1994); “Two Can Play That Game” (avec Vivica Fox, Gabrielle Union, Morris Chestnut et AnthonyAnderson – 2001); “This Christmas” (avec Idris Elba et Chris Brown – 2007); le gros succès de Chris Rock “Good Hair” (2009); et enfin “About Last Night” (avec Kevin Hart et Regina Bell – 2014).

Récemment Marcus a également travaillé pour la télévision en participant à la série hebdomadaire à succès “Everybody Hates Chris”, et a composé la musique du film “Marshall” (produit en 2017 et nommé aux Oscars) avec Chadwick Boseman (interprétant Thurgood Marshall jeune) et Sterling Brown (lauréat d’un Emmy pour sa prestation dans la série TV “This Is Us”). Ce film a remporté le Prix du Chicago International Film Festival en 2017 ; le Prix de la Critique du film afro-américain en 2017 ; le Prix du Hollywood Film Festival en 2017, et a été nommé, toujours en 2017, au festival Image ainsi qu’au Broadcast Film Critics Award.

Mais au-delà de tout cela, Marcus Miller est incontestablement depuis plus de vingt ans l’un des solistes et chef d’orchestre les plus prolifiques de la scène musicale contemporaine, auteur de plus d’une douzaine d’albums sous son propre nom et showman infatigable arpentant les scènes du monde entier à la tête d’un groupe de jeunes musiciens de talent — prolongeant ainsi la leçon de Miles Davis qui tout au long de sa carrière n’a jamais fait rien d’autres en intégrant à ses formations, outre Miller au cours des années 80, des musiciens comme Herbie Hancock ou Wayne Shorter encore dans leur prime jeunesse. Miller est là la fois compositeur, producteur, arrangeur et instrumentiste sur plus d’une dizaine de projets solo plébiscités par la critique, parmi lesquels “The Sun Don’t Lie” ; “Tales” ; “Silver Rain” (avec Eric Clapton en artiste invité) ; “Free” (avec Corinne Bailey) ; “A Night In Monte Carlo” (avec le Monte Carlo Philharmonic Orchestra) et “Renaissance” (2012). Son album “M2” a remporté un Grammy dans la catégorie “Meilleur Album de Jazz Contemporain” en 2001.

En 2015, Miller a réalisé “Afrodeezia”, un album inspiré par son rôle de porte-parole à l’UNESCO en faveur du projet “Slave Routes”. Dans cet album, Miller a eu l’idée de mêler les influences musicales des pays ayant été touché par la traite négrière tout au long du trajet transatlantique menant de l’Afrique à l’Amérique, en collaborant avec des musiciens d’Afrique de l’Ouest, d’Afrique du Nord, d’Amérique du Sud et des Caraïbes. L’album a obtenu une nomination aux Grammy Awards 2016 dans la catégorie “Meilleur Album de Jazz Contemporain” et Miller, suite à sa sortie, a donné plus de 250 concerts à guichet fermé partout dans le monde.

Marcus Miller
Laid Black
1. Trip Trap
2. Que Sera Sera (feat. Selah Sue)
3. 7-T’s (feat. Trombone Shorty)
4. Sublimity (Bunny’s Dream)
5. Untamed (feat. Peculiar 3)
6. No Limit
7. Someone to Love
8. Keep ‘Em Runnin
9. Preacher’s Kid
(feat. Take 6, Kirk Whalum & Alex Han)

Ecouter

Téléchargement

{Projet sponsorisé par Média Box Pro}

Marcus Miller - Laid Black (Nouvel Album)

Les enfants de Zeus, alias Tyler Daley et Konny Kon, ont acquis une réputation constante sur la scène grâce à une série de titres uniques, une compilation époustouflante et un son indéniablement distinctif. Le LP, décrit dans un communiqué de presse comme “leur premier album proprement dit”, un mélange signature du hip hop, de la soul douce et de l’electronica jazz-infléchie. aime DRS, Metrodome et plus encore.

Intitulé «Travel Light», le nom de l’album représente l’esprit de l’équipage, «garder les yeux sur la route, tout en jetant les bagages qu’ils ont accumulés au fil des ans.”

Children of Zeus - Travel Light

Si j’ai accepté que l’album « Vivement le Classique » 2 voie le jour, et d’en faire la préface, c’est parce que je sais que mes parents, là où ils se trouvent, s’en réjouissent, et attendent avec impatience de l’écouter.
Ma chère Maman, Lola Schafler, était viennoise et mon père, Abraham Drucker, roumain.
Comme tous ces immigrés venus d’Europe Centrale, ils étaient mélomanes et adoraient les grandes voix. Ma mère jouait de la mandoline en amateur, et mon père du violon.

Pendant toute mon enfance, j’ai entendu les noms  de Jascha Heifetz, de Yehudi Menuhin, du pianiste Dinu Lipatti, de Caruso, de Maria Callas, Mozart, Brahms, Chopin, Liszt, Beethoven… Sans mesurer l’importance de ces immenses virtuoses qui accompagnaient leurs dimanches… Moi j’écoutais Johnny, Sylvie, Cloclo, Sacha Distel, les Platters, Ray Charles et Georges Brassens.Plus tard, quand la télévision entra dans nos vies, ma mère fut très vite fan de Jacques Chancel et de son grand Echiquier. Souvent, quelques jours avant ce rendez-vous prestigieux de l’Ortf, ma mère me faisait remarquer la qualité de son sommaire « Tu as vu le programme de Chancel ? Il a Yehudi Menuhin, Arthur Rubinstein, Mstislav Rostropovich, Mady Mesplé, Pavarotti, et un duplex avec l’orchestre philarmonique de Berlin dirigé par Herbert von Karajan. Et toi, quel est ton programme de Champs- Elysées ? »

Baissant la tête, je lançais timidement les noms de François Valéry (que  ma mère croyait être le fils de Paul !), d’Hervé Vilard (qui n’était pas le fils de Jean !), de Mireille Mathieu, et de Richard Clayderman, etc.

Un ange passait ! 35 ans après, Lola et Abraham auraient été si heureux de découvrir, sur le plateau de mes émissions, Cecilia Bartoli chantant Norma de Bellini…
Ma mère aurait aimé Roberto Alagna… Comme moi, elle aurait été sous le charme d’Hélène Grimaud. Mon père, lui, aurait été charmé par Katia et Marielle Labèque. Il aurait frissonné en écoutant Natalie Dessay, servant Mozart magnifiquement.
Vous comprenez ma fierté d’avoir été l’un des rares depuis très longtemps à programmer dans
mes émissions ces grandes stars du Classique et du Lyrique.

{Projet sponsorisé par Média Box Pro}

Michel Drucker - Vivement le classique (Album 2018)

Dorss Sick Joker est un rappeur et producteur Français. Il se popularise dans le milieu du rap West Coast Français, et devient l’un des rappeurs indépendants les plus suivis en France et à l’étranger.
En effet, toujours entouré de toute sa clique West Coast, il a su s’entourer d’autres producteurs et compositeurs comme:
Carter Kaya producteur et compositeur de Dmg Records, Delit Music Group et Unit Jam.

Activité principale:
Président de DP RECORDS , directeur & animateur de l’émission SICKO RADIO show WORLDWIDE , fondateur du collectif de rappeurs RC(Réunion carcérale) et collaborateur pour marque vêtements west-coast LIFE STYLE et du Japon pour la France-Europe.
Lire la suite

Projet:
Dorsey Sick Joker ‎– Colabo & Inedits
Label: DP. Records ‎– none
Format: CD, Album
Pays: France
Genre: Hip Hop
Style: Gangsta
En savoir plus

Dorsey sick joker aka Dorss sick joker - Rap West Coast Français

 

Lorsqu’on rencontre le violoniste Daniel Lozakovich pour la première fois, on oublie vite qu’il est encore si jeune : sérieux et concentré dans tout ce qu’il fait, intéressé par les choses les plus diverses, c’est un soliste à la personnalité déjà bien affirmée qui sait exactement ce qu’il veut, joue avec brio, tempérament, sincérité et un archet généreux – et voue une passion à Johann Sebastian Bach.

Daniel Lozakovich n’a pas hésité longtemps à choisir le répertoire de son premier album : selon lui, jouer la musique de Bach permet de montrer de quel bois on est fait, car on ne peut pas faire semblant ; Bach est immortel, il a révolutionné la musique, il transporte les humains vers des sphères supérieures. « Bach nous rapproche de Dieu », résume le jeune homme qui ne fait pas un secret de sa religiosité.

Parallèlement, ce premier album éclaire d’autres aspects importants du credo musical de Daniel Lozakovich. Dans les concertos pour violon en mi majeur (BWV 1042) et la mineur (BWV 1041), le jeune violoniste ne recherche pas seulement une collaboration harmonieuse entre soliste et orchestre, mais à « faire ensemble de la musique de chambre ». Il y parvient sans chef d’orchestre, par la communication directe avec les musiciens de l’Orchestre de chambre de la Radio bavaroise.

L’album propose également une œuvre de Bach pour violon solo : la Partita en ré mineur, BWV 1004. Avec les cinq autres compositions du cycle, cette œuvre compte pour Lozakovich parmi les sommets absolus de la littérature pour violon.

Sa célèbre Chaconne, en particulier, est selon lui l’apothéose du répertoire pour violon seul. Il souhaite ici mettre avant tout en valeur l’écriture contrapuntique, car l’extraordinaire richesse polyphonique que Bach sait tirer d’un seul instrument constitue un défi permanent pour tout interprète.

Ecouter

Télécharger

{Projet sponsorisé par Média Box Pro}

Daniel Lozakovich - Johann Sebastian Bach (Nouvel Album)

Trois ans après avoir fait paraître avec Aria son premier album sur le label Impulse!, le pianiste et compositeur de la Nouvelle-Orléans Sullivan Fortner, désormais âgé de 31 ans, revient avec un magnifique second album intitulé Moments Preserved, à la tête cette fois d’un trio étincelant composé du contrebassiste Ameen Saleem et du batteur Jeremy “Bean” Clemons.

La notoriété de Fortner sur la scène jazz internationale a considérablement augmenté ces dernières années suite à la publication d’Aria — un album dont The New York Times a loué “la juvénile assurance.” En plus de tourner partout dans le monde pour présenter le répertoire du disque, il a multiplié les collaborations, jouant notamment avec les chanteuses Cécile McLorin Salvant et Roberta Gambarini ; les trompettistes Roy Hargrove, Etienne Charles, et Ambrose Akinmusire ; ou encore les guitaristes John Scofield et Peter Bernstein. L’année suivant la sortie d’Aria, la prestigieuse institution new-yorkaise du Lincoln Center l’a couronné en lui décernant le prix d’“Artiste Emergeant”.

Produit par Brian Bacchus (lauréat d’un Grammy), Moments Preserved s’inscrit au terme d’une période d’enregistrements particulièrement productive qui aura vu Fortner participer à pas moins de six séances en moins de deux mois. Néanmoins le jeune pianiste considère Moments Preserved comme l’un de ses albums les “plus honnête et engagé émotionnellement”. Tandis qu’il réunissait les morceaux de l’album, il a réfléchi à quelques-uns des moments clé qui ont ponctué sa vie depuis qu’il a remporté la bourse Leonore Annenberg en 2008 et la bourse Cole Porter en 2015. Durant cette riche période Fortner a mis un terme à huit années de participation au groupe de Roy Hargrove pour s’affirmer peu à peu comme leader. Jongler entre sa vie personnelle et les exigences toujours plus grandes de sa vie professionnelle lui aura aussi demandé un certain temps.

“Je voulais que la musique de cet album reflète tout ça,” explique Fortner. “Pour y arriver il a fallu que je me remette au travail. J’ai pris des cours avec [le pianiste] Barry Harris et je me suis mis à étudier la musique de gens comme James P. Johnson, Charlie Parker, Bud Powell et Thelonious Monk. Je me suis également mis à jouer beaucoup plus en solo et en duo avec Cécile ; j’ai vraiment pensé à beaucoup de choses en faisant ce disque.”

Pour Moments Preserved, Fortner a recruté Saleem, avec qui il a joué pendant sept ans dans l’orchestre d’Hargrove. Et c’est Saleem, qui lui a recommandé Clemons. “Le jeu de batterie de Jeremy est explosif, ” explique Fortner. “A peine installé à la batterie, il met tout simplement le feu. C’est juste magnifique.” La complicité dont fait montre Fortner avec les autres membres de son trio est à couper le souffle. Clemons et Saleem soutiennent le touché cristallin du leader et nourrissent ses improvisations avec un mélange de finesse et de puissance rythmique dévastatrice.

A la différence des compositions parfaitement ciselées proposées dans Aria, Fortner a pris ici en compte la leçon de Hargrove en offrant aux membres de son groupe des manières de petits croquis en guise de morceaux. “Roy n’aime pas la musique trop policée. Il aime entendre les musiciens sur le fil cherchant à trouver leur propre chemin à travers la musique. J’ai appris que la musique gagne en ouverture en étant abordée de cette façon,” explique Fortner. “Beaucoup de choses que vous entendez sur ce disque ont surgi dans l’instant du jeu en studio.”

Moments Preserved s’ouvre sur un arrangement enivrant de Fortner de “Changing Keys,” la chanson du générique du jeu télévisé très populaire aux U.S.A, Wheel of Fortune (La roue de la fortune). La métamorphose joyeuse et néanmoins ultra-sophistiquée dans laquelle Fortner engage ce thème entre en résonance avec sa magistrale interprétation de “You Are Special,” la célèbre chanson du programme TV adoré des enfants, Mister Rogers’ Neighborhood. Lorsqu’on lui demande pourquoi il puise son inspiration dans ce type de répertoire apparemment éloigné des canons esthétiques du jazz Fortner explique, “Ce sont juste des souvenirs d’enfance. La première chanson que j’ai reproduite au piano c’était le thème de ‘Jeopardy’ quand j’avais quatre ans. Les chansons de ce genre sont peut-être les plus représentatives de ma personnalité. C’est par elles que je me suis initié au jazz et à la musique en général.”

Le disque continue avec “Pep Talk,” une composition originale de Fortner pleine de vivacité, remarquable par ses changements rythmiques d’une grande complexité laissant transparaître l’influence de Bud Powell, puis avec la ballade pleine de grâce et d’élégance “Elegy for Clyde Kerr,” que le pianiste dédie à l’un de ses mentors originaires de la Crescent City. “[Kerr] est le type à cause de qui j’ai fait du jazz. Une des choses qu’il m’a apprises c’est de jouer en mettant mes oreilles dans le public et d’écouter la musique avec un esprit critique. J’y pense toujours quand je me mets à jouer.” Le morceau suivant “Beans and Cornbread,” une composition sémillante en mineur composée par Saleem, se distingue par une mélodie espiègle, un rythme bondissant et un splendide solo du contrebassiste.

“Eyes So Beautiful as Yours” est le premier des cinq standards figurant dans le disque. C’est un thème composé par Elmo Hope, et Fortner en offre une poignante interprétation, accompagné pour l’occasion par Roy Hargrove au bugle. C’est en jouant dans le quintet d’Hargrove que Fortner a découvert et appris cette ballade envoûtante. Un soir lors d’un concert Hargrove a annoncé ce morceau sans qu’aucun des membres de son groupe ne sache rien de cette mélodie obscure et mystérieuse. Heureusement l’un des musiciens de l’orchestre, Justin Robinson, qui souvent participait à l’élaboration du répertoire, avait les partitions du thème, permettant ainsi à tous les membres du quintet de prendre connaissance de la ballade et d’en explorer véritablement les richesses mélodiques et harmoniques. Poursuivant son évocation des grands classiques du jazz Fortner se lance dans la foulée dans une relecture sublime du légendaire thème de Duke Ellington “In a Sentimental Mood.

Fortner repasse ensuite par une composition originale avec “Barbara’s Strut,” morceau aussi périlleux d’un point de vue rythmique que subtil dans ses fluctuations harmoniques, pouvant se lire comme une sorte de clin d’oeil subversif à Thelonious Monk avec son titre évoquant la mère de cette légende jazz, avant de revenir au monde des standards de jazz avec une interprétation scintillante du thème de Julie Styne “Just in Time.”

C’est sa sensibilité proprement caribéenne que Fortner introduit dans ce disque avec le délicieux “New Port,” un morceau qu’il avait écrit à l’origine pour le Newport Jazz Festival. “Je n’avais jamais été invité à jouer dans ce festival. Mais pour une obscure raison je m’étais imaginé jouer avec Etienne Charles un morceau aux allures calypso. C’est comme ça qu’est né ce morceau.”

Moments Preserved prend alors un autre virage étonnant avec une relecture brillante de Fortner, seul au piano, du grand succès du milieu des années 70 du groupe Earth, Wind & Fire, “Fantasy.” Fortner se démarque du rythme de samba mâtiné de R&B de l’original ainsi que du caractère passionné de sa mélodie rehaussée par des accords grandiloquents, pour en proposer un traitement orchestral et impressionniste marqué par des passages abrupts et tumultueux, des dissonances orageuses et une approche quasi classique de la mélodie.

Hargrove fait une autre apparition dans le disque, cette fois à la trompette, dans “Monk Medley,” un duo vivifiant avec Fortner, revisitant deux grands classiques du pianiste, “Ask Me Now” et “Monk’s Mood.” Fortner embarque ensuite son auditoire à l’église avec un magnifique solo de piano explorant les mystères d’un hymne gospel traditionnel, “The Solid Rock.” “Tandis que je réfléchissais à toute cette période de transition dans ma vie et aux pertes que j’avais dû y affronter, sans savoir exactement dans quelles directions j’embarquais mon album, j’ai ressenti la nécessité de faire retour à mes racines. J’ai grandi à l’église à écouter des gospels ” explique Fortner. “Les paroles de cet hymne expriment tout ce que j’ai cherché à dire dans ce disque.”

Pour finir, Fortner nous offre en “bonus track” une version chic du thème de Benny Green “Phoebe’s Samba,” qui là encore met en valeur le bugle d’Hargrove. “Ce morceau est un super véhicule pour l’improvisation,” explique Fortner, “C’est pour ça qu’on a pensé que ce serait le thème idéal pour terminer l’album.”

{Projet sponsorisé par Média Box Pro}

Sullivan Fortner - Moments Preserved (Album)

Le nouveau single de TENNIN est enfin en écoute exclusive sur Delit Face et toutes les filiales Delit Music France. Tous les détails !

Bring me some peace – Sponsorisé par Delit Face et le service Média Box!

Créé sur le beat de Scottie Flame$, producteur de musique d’Atlanta, Tennin nous offre comme à l’accoutumée une ligne de chant inhabituelle et mystique. Sa voix surfe sur la production hip-hop, sombre et expérimentale, de Scottie Flame.

Cet été, TENNIN sera sur scène à Paris, Berlin et Miami.

Mystérieuse, TENNIN nous immerge dans son propre univers. Ses créations sont des voyages, des expériences musicales et visuelles à travers ses sentiments et sa voix intérieure.

Tennin est influencée par toute la musique qu’elle écoute et a écouté dans sa vie, en particulier par le trip hop, le hip-hop, ainsi que les courants alternatifs et expérimentaux. Elle navigue entre différents genres et inspirations : Bjork, Tricky, Massive Attack, EMINEM… et plus encore.

Artiste française originaire du sud de la France, Tennin vit actuellement à Paris. Elle a commencé la musique à l’âge de 12 ans en intégrant la chorale et les cours de musique de l’Ecole Nationale de musique du Tarn.

Quelques années et plusieurs expériences plus tard, Tennin décide de se lancer sérieusement et publie début 2015 ses premières chansons. Sa musique sera relayée sur plusieurs blogs et apparaîtra à plusieurs reprises sur Les Inrocks Lab, ou encore Afropunk USA. Cette même année sera également l’occasion pour la chanteuse de monter sur la scène de La Cigale (900 personnes), lieu mythique parisien, dans le cadre d’un événement dédié aux artistes feminines.

A partir de 2016, Tennin est invitée à participer à plusieurs événements Villa Schweppes (BPM 2016 au Club 1988 à Rennes en warm up pour Ben Clock, Sofitel Marseille mai 2017). Un de ces live sera diffusé en direct sur Radio Nova. Elle a ensuite collaboré sur plusieurs titres, dont « Our House », également diffusé sur Radio Nova lors du festival de Cannes 2017.

En parallèlle à divers concerts à Paris, Hambourg, Berlin et Londres, Tennin a officiellement sorti son premier projet, HOMNI, le 19 janvier 2018.
Site web: http://www.tenninmusic.com

TENNIN : Son nouveau single "Bring me some peace" est enfin en écoute exclusive sur Delit Face !

Melesha O’Garro (née le 15 décembre 1988), connue sous le nom de scène Lady Leshurr, est une rappeuse, chanteuse et productrice de musique anglaise.Elle est connue en particulier pour sa série de freestyles Queen’s Speech: le quatrième opus connaît une soudaine popularité en 2016 quand la compétitrice de la saison 2 de The Rap Game Nia Kay affirme que Leshurr est une de ses influences principales, en raison de son style unique et de ses compétences. Son freestyle suivant, Queen’s Speech 5, est qualifié de “brillant” et de “meilleur freestyle de 2015” par le magazine Spin. Biographie Lady Leshurr naît de parents originaires de l’île de Saint-Christophe, aux Caraïbes, et commence à écrire de la poésie à six ans. À quatorze ans, elle décide d’agrandir son public en se mettant à la musique, et publie sa première mixtape. Sa mère joue beaucoup de reggae à la maison, et toute sa famille chante. Elle joue un des rôles principaux dans le film 1 Day de Vertigo, en 2009.Elle arrive en deuxième place de la catégorie Meilleure Rappeuse des Official Mixtape Awards 2011. En plus de sa carrière musicale, elle lance une ligne de vêtements, Friggin L, d’après sa mixtape de 2011 qui porte le même nom.Influences Leshurr affirme être influencée par Ashley Walters, Lisa Maffia, Nicki Minaj, Missy Elliott, et Lil Wayne.
Lady Leshurr - Rappeuse, chanteuse et productrice

Partager cette publication

Delit Face est un réseau social en ligne qui permet aux artistes, labels et professionnels de la musique de publier, partager des images, des vidéos, des documents et d'envoyer des messages via votre profil Delit Face ou de discuter via le Chat instantané.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

dix-neuf − dix-sept =